L’affaire de l’ASU fait de nouveau l’actualité. Le dernier Président de l’ASU, condamné en première instance à de la prison ferme, passera devant la Cour d’Appel le jeudi 30 janvier 2020, à 14h00

Revenons sur l’incroyable histoire de l’ASU.

Un lourd héritage

  • Mars 2013 : L’ASU est en proie à des difficultés financières. L’équipe municipale de Georges Beyney (ancienne municipalité) commande un audit réalisé par la société Accord Sport.
  • Novembre 2013 : Cet audit révèle un déficit de 310 264 € pour la saison 2012/2013. Les comptes de l’ASU sont alors dans le rouge, il manque 222 039 € pour retrouver l’équilibre.
  • Janvier, février 2014 : La municipalité précédente verse en deux fois et de façon anticipée la subvention habituelle de 310 000 €.
  • Mars 2014 : Devant les difficultés annoncées par les dirigeants de l’ASU, deux subventions exceptionnelles remboursables sont alors votées par le conseil municipal. La première de 100 000 € est versée immédiatement.

La nouvelle municipalité prend des mesures fortes

  • Avril 2014 : Election de la nouvelle municipalité, l’équipe de Marc Péré mandate un second audit. Le cabinet Mazars  relève de nombreuses irrégularités dans la gestion de l’ASU et aucune perspective de redressement.
  • Mai 2014 : Au vu du rapport d’audit, la municipalité refuse d’engager de nouvelles sommes pour assurer l’avenir de l’ASU.
  • Juillet 2014 : Le tribunal administratif de grande instance prononce la liquidation de l’ASU. Les dettes de l’ASU sont de 760 659 €.
  • Décembre 2014 : La municipalité porte plainte auprès du procureur de la république pour abus de confiance et recel du produit d’un abus de confiance. Une enquête est alors effectuée par le Service Régional de Police Judiciaire. Cette enquête révèle le détournement de fonds à hauteur de 217 799 €.

Le Tribunal Correctionnel de Toulouse reconnait coupables …

Le 27 novembre 2017,

  • Philippe Thevenet d’abus de confiance et le condamne à 10 mois de prison ferme, et mise à l’épreuve pendant deux ans avec obligation d’indemniser la victime et une interdiction de gérer pendant cinq ans.
  • Marie Faure de complicité d’abus de confiance et l’a condamnée à un an d’emprisonnement avec sursis et une interdiction de gérer pendant cinq ans.

Le 6 décembre 2017,

  • Philippe Thevenet a relevé appel de toutes les dispositions pénales et civiles du jugement. Le nouveau procès a donc lieu le jeudi 30 janvier 2020.
  • Marie Faure n’a pas relevé appel. Elle est donc jugée définitivement coupable.

Partagez autour de vous !